• EBC4NB Bay north of Riviere-au-Tonnierre, Duplessis, Northshore St Lawrence, Cote Nord, Quebec, Canada

La région

La plus que centenaire ouvre grand sa porte et nous convie dans son intérieur aussi charmant qu’impeccable. Astiquée, soignée et chaleureuse, la maison peut accueillir jusqu’à 6 personnes et offre une vue imprenable sur la mer et les dunes.

Une histoire de courage et de créativité!
Le cœur à l’ouvrage. La pêche à l’honneur!
 
Deux villages, une porte d’entrée

De nos jours, moins de 300 rippierois profitent quotidiennement de la quiétude des lieux et de l’immensité de la nature qui s’offre en spectacle au gré des saisons. Ils sont répartis dans deux villages de la municipalité, soit Sheldrake et Rivière-au-Tonnerre, porte d’entrée grande ouverte sur la région de la Minganie. La communauté tire son nom du grondement impressionnant de la cascade de 400 pieds à l’embouchure de la rivière du même nom.

Carte ci-jointe – Sept-Îles, 120 km à l’ouest, Havre-Saint-Pierre, 100km à l’est, l’Île d’Anticosti (des vagues et des vagues au sud).

Sheldrake : la pêche est bonne
En 1851, en provenance de l’Île Jersey, entre l’Angleterre et la France, Philippe-Gédéon Touzel fonde Sheldrake. Deux ans plus tard, les insulaires et d’autres familles avaient construit un des plus importants établissements de pêche dans le Golfe du Saint-Laurent nord-côtier. En 1886, la fusion de deux compagnies (celle des jersiais John et Elias Collas et celle des Robin) donne naissance à un grand magasin général.
 
La morue, généreuse et prolifique, amène la prospérité et les familles bénéficient même de la construction d’une école. À cette époque, la population de Sheldrake s’enorgueillit d’être la plus volumineuse de la région. Ce n’est qu’en 1976 que la route 138 unit Sept-Îles et Sheldrake.
Rivière-au-Tonnerre : le crabe à la rescousse
C’est en 1853 que les premières familles s’installent à Rivière-au-Tonnerre. Provenant surtout de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, elles édifient sûrement mais lentement les bases de cette petite municipalité de pêcheurs. Une centaine d’années plus tard, lorsque la disparition des poissons se confirme, les pêcheurs font preuve d’adaptabilité et se tournent vers le crabe des neiges, une espèce qui pullule dans la région. Ce crustacé autrefois rejeté fait fureur, même jusqu’au Japon, et son prix augmente sans cesse. Rivière-au-Tonnerre se targue avec fierté de son titre de la « Capitale du crabe » qu’elle préservera de 1975 à 1985.
Épreuve et isolement : moteurs de créativité
Les coudes serrés, les familles de Rivière-au-Tonnerre se relèvent après un incendie majeur en 1882. Résilients et ingénieux, les habitants se rebâtissent et parent les obstacles, entre autres choses, les graves problèmes de rationnement imputables à l’éloignement et l’isolement. L’absence de route et les conditions atmosphériques ardues en hiver n’aident en rien leur cause. Ils trouvent pourtant une solution dans le transport en « cométique », c’est-à-dire en traîneaux à chiens. Malgré les longues et périlleuses routes, hommes et bêtes finissent par arriver à bon port avec les denrées essentielles à la survie.
 
Affectée par l’exode rural, à l’instar de bien d’autres villages nord-côtiers, Rivière-au-Tonnerre a perdu de ses habitants mais a gagné des visiteurs. De nos jours, la pêche et le tourisme sont les points d’ancrage de l’économie rippièroise.
L’église Saint-Hippolyte : repaire des âmes
Construite face au fleuve Saint-Laurent, entre 1908 et 1912 par quelques centaines de fervents pêcheurs, la charmante église est devenue un point de repère inéluctable et unique dans la région de la Minganie. Photographiée, visitée, faisant l’objet de reportages, la petite église blanche et bleue attire et séduit les touristes et les mariés. Les célèbres photographes Mia et Klaus l’ont célébrée dans leur magnifique recueil sur le Québec.
La chapelle de style normand, avec sa nef qui fait plus de huit mètres de hauteur, est décorée de superbes sculptures façonnées au couteau de poche, et encore intactes aujourd’hui. Le soleil couchant lui-même rend hommage à la plus émouvante des églises, frôlant sa toiture semi-cathédrale et ses vitraux au passage.
 
De nombreuses communautés religieuses se sont installées à Rivière-au-Tonnerre au fil des ans. Ces femmes ont joué un rôle prépondérant dans la vie religieuse, éducative et sociale de familles du village.

En bref

  • 1 galerie-terrasse face à la mer, chaises + BBQ
  • 1 grande cuisine entièrement équipée
  • 1 s.de.b complète, rangement, serviettes, laveuse-sécheuse – 2e étage
  • 1 salle à manger et un salon adjacent comprenant un lit de jour (l’air frais de Rivière-au-Tonnerre ravigote et endort…)
  • 1 salle d’eau au premier étage
  • 3 lits doubles : matelas tout neufs et jolie literie (chambre fermée et dortoir (2 lits) – 2e étage
  • Disponible 4 saisons
  • Internet, téléphone (sans frais interurbains partout au Canada), télévision

    Rates

    Reviews

    Add a Review
    Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

    Réservez maintenant

    Formulaire de réservation

    Les champs obligatoires sont suivis de *



    Reserve of 1 available accommodations.

    La région est disponible pour les dates sélectionnées.